Quels sont les effets de la lumière bleue et de la pollution digitale sur notre peau ?

Utilisatrice avec son téléphone portable au lit. Les effets nocifs des écrans et de la lumière bleue.

Combien d’écrans avez-vous regardés aujourd’hui ? Peut-être avez-vous saisi votre téléphone dès le réveil ? Passé l’essentiel de votre trajet en train à scroller ? Travaillé toute la journée sur un ordinateur pour ensuite vous relaxer devant la télé ? La plupart d’entre nous passe plus de temps devant un écran que ce que l’on est prêt à admettre. Une étude récente montre qu’une majorité des adultes consacre plus de temps sur les medias numériques qu’à dormir !

Nous savons déjà que trop de temps passé devant un écran est mauvais pour l’humeur, peut entraîner une fatigue oculaire et perturber le sommeil, mais maintenant on apprend que la lumière bleue émise par notre technologie préférée pourrait également nous faire vieillir plus vite. Ne serait-ce pas le moment de prendre au sérieux la pollution digitale ? Voici tout ce que vous avez besoin de savoir sur le sujet.

Qu’est-ce que la lumière bleue ?

La lumière bleue est une forme de lumière visible qui possède une courte longueur d’onde. C’est un type particulier de lumière, sur le spectre bleu-violet – appelée lumière à Haute Énergie Visible ou « HEV » – qui cause aujourd’hui beaucoup d’agitation. La lumière HEV est présente dans la lumière du jour mais est également émise par les objets électroniques comme les smartphones, les téléviseurs, les ordinateurs et les tablettes ou encore par les LED.

Quel est le problème avec la lumière bleue ?

La lumière bleue-violette n’est pas en soi une mauvaise chose. C’est notamment la raison pour laquelle le ciel au-dessus de nos têtes est d’un beau bleu réconfortant. Nous avons besoin d’une certaine dose de lumière bleue pour améliorer notre humeur et signifier à notre organisme que c’est le jour. Cependant, aujourd’hui la lumière bleue artificielle inonde nos existences, de nos espaces de travail toujours éclairés, à nos modes de vie ultra-connectés, utilisant les technologies numériques 24h sur 24.

Des recherches suggèrent qu’une surexposition à la lumière HEV peut générer des dommages causés par les radicaux libres, et augmenter l’hyperpigmentation et l’inflammation de la peau – entraînant par là l’accélération du processus vieillissement. Dans les faits, plusieurs experts estiment maintenant que la lumière bleue artificielle peut être aussi problématique que les dommages causés par le soleil, ce qui rend la protection contre elle aussi importante que le SPF (Sun Protection Factor, parfois également utilisé FPS en français) quand il s’agit d’entrer en guerre contre les rides.

La lumière bleue nocive de l’ordinateur le soir.

Devrions-nous être inquiets ?

Alors qu’il est clair que la lumière HEV est une mauvaise nouvelle pour notre peau, les études sont encore limitées et une question demeure quant à ce que signifie, en pratique, le terme de «surexposition». Le lien avec l’hyperpigmentation est un domaine qui intéresse particulièrement les experts. En théorie, quand la peau détecte de hauts niveaux de lumière, elle répond en pompant de la mélanine (notre pigment protecteur contre les UV), souvent de manière irrégulière. Une étude de 2014 montre que la lumière bleue-violette provoque plus d’hyperpigmentation que les UVB, et cela de manière significative. Ce sont ces tâches de pigmentation qui vieillissent subtilement la peau. Certains dermatologues prétendent  même être en mesure de déterminer de quel côté du visage leurs patients tiennent leurs téléphones, en raison de la texture terne et tâchée de leur peau.

Quelle est la solution ?

Lutter contre les ennemis environnementaux invisibles est une priorité absolue dans l’industrie de la beauté. Les soins de la peau anti-pollution ont augmentés de 30 % durant les seuls 6 derniers mois, selon une recherche menée par le groupe NPD. Les scientifiques cherchent maintenant des ingrédients qui pourraient s’appliquer comme un SPF (ou se combiner avec), tels que des composés végétaux qui imitent la mélanine humaine, aidant ainsi à absorber les rayons émis par les ondes de lumière bleue.

Actuellement il n’y a pas de preuve concrète qu’il faille utiliser un « écran à écran » pour aller avec notre écran solaire (les dommages causés par les UV demeurent la plus grande menace contre une peau saine) mais l’inquiétude principale est que la lumière bleue pourrait devenir un facteur de vieillissement furtif. Sans signes avant-coureurs visibles, comme ceux qui préviennent d’une trop grande exposition au soleil (les rougeurs ou les coups de soleil par exemple), c’est difficile de dire exactement ce que cette habitude de consulter Facebook tard dans la nuit fait à votre visage. Jusqu’à ce qu’on en sache davantage, le meilleur conseil est donc de réduire le temps passé devant les écrans et de donner la priorité à la préservation de votre santé.

Comment « sauver la face » dans un monde digitalisé ?

  • Faites une désintoxication numérique tous les soirs. Éteignez tous les appareils 30 minutes avant de vous coucher.
  • Baissez les niveaux de luminosité de vos écrans et gardez-les à une distance raisonnable de votre visage.
  • Prenez de fréquentes pauses loin de votre ordinateur. Utilisez une application comme Time Out (sur iTunes) pour vous rappeler de bouger, vous débrancher et vous détendre.
  • N’utilisez pas d’écran à l’extérieur. Ses propriétés réfléchissantes pourraient augmenter votre exposition aux UVA et UVB, en plus d’une dose de lumière bleue !
  • Utilisez un SPF à large spectre tous les jours pour aider à vous protéger contre la lumière visible aussi bien que les UV. L’utilisation d’un fond de teint agira également comme un bouclier.
  • La vitamine C, en application topique, peut aider à lutter contre l’hyperpigmentation et l’aspect terne de la peau.
  • Utilisez un traitement au rétinol pour booster le renouvellement de la peau et la rendre plus lumineuse.

SHISEIDO Produits solaires SPF 50+